Le monde politique doit faire ce qu’il annonce !

https://www.lecho.be/dossier/chroniquespolitiques/Evidemment-si-maintenant-il-faut-faire-ce-que-l-on-dit/9952300

Voici un exemple frappant d’une promesse coulée en forme de loi qui revient à l’envoyeur comme un boomerang.

L’intention était louable mais comme trop souvent l’effet d’annonce l’a emporté sur la volonté politique de mettre les moyens à la dispostion de celui qui doit mettre la loi en pratique.

Pour la loi chargée de coller des chiffres sur les programmes des partis (pour éviter les vaines promesses) on aurait pu espérer que le chiffrage de la mise en oeuvre eut été plus soigneux …

L’Echo 11 novembre 2017 Benoît Mathieu

 

La Wallonie en 2025: la nouvelle Grêce ?

WALLONS, EVEILLEZ-VOUS ! 2025, c’est demain!

Après la disparition du transfert Nord-Sud, comment la Wallonie va-t-elle financer des besoins supérieurs à ceux de sa part dans la production et l’emploi du secteur marchand ?

Le poids du secteur public et non marchand wallon est le plus élevé d’Europe (le grec excepté) et bien plus élevé qu’en Flandre  (cabinets ministériels, transports publics, intercommunales notamment)

La dette publique wallonne atteint déjà 184% du PIB: c’est un ratio grec

La croissance du PIB, le taux d’emploi, le revenu par habitant y sont inférieurs à ceux de de la Flandre

Les mesures (à visée électoraliste et à vision court terme) annoncées par le PS (réduction du temps de travail, augmentation des allocations sociales, impôt sur la fortune et les plus values, moitié des organes dirigeants aux syndicats) feront fuir les implantations étrangères et les nouvelles entreprises .

Pourtant il vaudrait mieux rationaliser progressivement que d’être obligé de tailler dans le vif à chaud !

http://www.lalibre.be/debats/opinions/la-wallonie-en-2025-un-scenario-grec-opinion-589c9490cd703b98151da199

A l’image d’Olivier Maingain, LES FDF OSENT S’ENGAGER ET PRENDRE LEURS RESPONSABILITES !

LA SOCIETE CIVILE: MOTEUR DU CHANGEMENT PLUTÔT QUE GARDIEN DU PASSE !

A défaut d’une croissance économique ininterrompue et d’une confiance en la société inébranlable, la société civile belge – organisations professionnelles, organismes patronaux, mutuelles, etc. – doit réinvestir son rôle historique de moteur de changement et laisser derrière elle le confort d’un gardien du passé et les politiques doivent oser s’engager et prendre leurs responsabilités.

 

L’UBER-ECONOMIE: IMPACT FAVORABLE SUR L’EMPLOI ET LES RECETTES FISCALES ?

MISE A JOUR:

Et maintenant l’impact défavorable d’AIRBNB sur le marché de la location !

Le nombre de Belges qui proposent un logement en location via le site web Airbnb a doublé en moins d’un an. C’est une bonne nouvelle pour les touristes, mais une mauvaise nouvelle pour les locataires belges.

http://trends.levif.be/economie/immo/le-succes-grandissant-d-airbnb-une-bien-mauvaise-nouvelle-pour-les-locataires-belges/article-normal-413579.html?utm_source=Newsletter-01/09/2015&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBTECZL’UBER-ECONOMIE:

CREATION OU SUPPRESSION D’EMPLOIS, PRIX REDUITS OU EVASION FISCALE ? 

Le numérique procure des opportunités nouvelles pour les transports, les vacances, la restauration, les petits boulots, mais bénéficieront-elles à la majorité de la population européenne ?

Certes les UBER, AIRBNB, etc …  offrent un revenu complémentaire à certains  propriétaires ou chômeurs et des réductions aux consommateurs à la recherche du prix le plus bas.

Mais ne serait-ce pas, à court ou moyen terme, aux dépens des grands équilibres économiques dont l’ensemble de notre société est tributaire… en ce compris, ces chasseurs d’un revenu complémentaire ou du meilleur prix.

A côté de l’aspect prix, il y a aussi les quelques cas des familles de 3 enfants et plus qui ne trouvent pas de chambres d’hôtel assez spacieuses, ou ceux qui préfèrent s’intégrer à la vie locale ou les périodes où l’hôtellerie affiche complet.

Cependant, si un trop grand nombre de consommateurs, ne répondant pas aux critères ci-dessus mais séduits par le buzz généré par ces entreprises, se joignaient au mouvement, le risque serait grand que :

 -les emplois traditionnels dans les transports et dans l’hôtellerie disparaissent au profit d’emplois précaires ne générant pas ou peu de cotisations sociales et/ou de TVA, créant paradoxalement plus de chômage et moins de recettes sociales et/ou fiscales ;

-la partie substantielle des frais de transports ou des locations atterrissant dans les poches de ces entreprises étrangères ne soit pas soumise à taxation en Europe.

On a vu ce qui est arrivé à l’industrie européenne du disque et du cinéma « grâce » à internet et l’utilisation abusive que beaucoup en ont fait ! 

L’ACTIVITE ENTREPRENEURIALE DES JEUNES BELGES EST LA PLUS FAIBLE D’EUROPE : SOLUTION !

3,1% CONTRE 9,2% EN  EUROPE : 3 FOIS MOINS !

Une des solutions commence par une chanson en 4e primaire, comme le fait l’ASBL « Les Jeunes Entreprises » dans 400 classes des régions wallonne et bruxelloise, dans le cadre du projet européen « Boost Your Talent ».

Objectif : développer l’esprit d’entreprendre, leur apprendre à résoudre leurs problèmes pour avancer dans la vie et oser un jour créer son emploi !

LA BELGIQUE EST EGALITAIRE … NON PEUT-ÊTRE ?

La répartition des richesses est la moins injuste, la tension et les inégalités salariales sont parmi les plus basses au monde . Il est temps d’encourager la différence !

La Belgique se classe en tête pour la répartition des richesses parmi les 46 pays du Global Wealth Report du Crédit Suisse, dans le premier quart affichant les inégalités les plus basses pour l’OCDE, et dans le top 6 des pays où la tension salariale est la plus faible selon le Groupe Hay.

Mais, comme le souligne l’Echo du 4 avril en page 21, le prix que nous payons pour obtenir une société égalitaire est que, nulle part ailleurs en Europe, le taux de participation au marché du travail n’est aussi faible. L’esprit d’entreprise est découragé: ne pas entreprendre est devenu le choix standard, sans compter que la réussite est suspecte ! 

Alors que l’on cesse de se plaindre exagérément des

inégalités et que l’on encourage davantage l’entrepreneuriat qui créera du bien-être pour la communauté toute entière !           

CREER DES EMPLOIS (EN FRANCE) EST POSSIBLE !

CREER DES EMPLOIS EN WALLONIE  EST POSSIBLE  AUSSI !

Ainsi qu’en Région Bruxelloise …EN DIMINUANT LES COTISATIONS SOCIALES

A la lecture dans le Figaro du 16 mars (p26) de l’article de Yann Le Galès consacré à la France, je n’ai pu m’empêcher de substituer « Wallonie », « Bruxelles » à chaque fois qu’il mentionnait « France ». Comme en France en effet, en Wallonie et en Région Bruxelloise:

-le phénomène  du chômage de masse concerne exclusivement les travailleurs peu qualifiés

-les actifs qui ont fait des études (supérieures) font face à un taux de chômage qui a été peu affecté par la crise 

-l’industrie recule, les services se développent

-il est possible de créer des (centaines de milliers) d’emplois peu qualifiés  dans les services et des secteurs comme la santé , le commerce et  la restauration EN DIMINUANT LES COTISATIONS SOCIALES (SUR LES BAS SALAIRES)  !

 

LA BELGIQUE POURRAIT-ELLE SE TRANSFORMER EN « MIGRATION NATION » ?

UNE IMMIGRATION AXEE SUR L’INTEGRATION SUR LE MARCHE DE L’EMPLOI

PLUTOT QUE SUR LE REGROUPEMENT FAMILIAL ! 

En Belgique, le taux de chomage des Belges en 2014 était de 7%, de 12% chez les migrants venant de  l’Union Européenne et de 30% pour les migrants venant de l’extérieur de l’Union. Racisme et préjugés n’expliquent pas tout. L’enseignement devrait mieux détecter les talents des personnes d’origine étrangère, les femmes migrantes devraient être incitées à participer au marché de l’emploi, …

.

LE MR WALLON CONFIRME LES INQUIETUDES DES FDF (suite)

Le MR WALLON INSISTE:

1°) SEPARATION DE L’ENSEIGNEMENT WALLONIE-BRUXELLES

2°) SEPTIEME REFORME DE L’ETAT

Après son Chef de File Pierre-Yves Jeholet, Jean-Luc Crucke préconise que tout l’enseignement, de la maternelle au secondaire, se retrouve dans les mains des Régions « car il existe de profondes différences entre Bruxelles et la Wallonie »

Et dans la foulée, il déclare  « celui qui pense qu’il n’y aura pas de septième réforme de l’Etat se trompe » !